Naissance d’un pré-bonsaï avec Marc Noelanders

Marc Noelanders travaille le Taxus depuis 35 ans et a probablement une expérience de 3500 sujets passés entre ses mains ;

« Le Taxus est un genre de conifères de la famille des Taxacées qui comprend une dizaine d’espèces généralement nommées ifs.
Il fait partie des rares gymnospermes non résineux. Les botanistes le classent dans l’ordre des taxales, alors que les résineux ou conifères correspondent à celui des pinales. En outre, ce genre se distingue de la plupart des conifères par le fait que la graine n’est pas contenue dans un cône ligneux mais dans un arille.
La racine indo-européenne tecs signifie « travailler habilement » en référence au bois de l’if facile à sculpter et dont les qualités d’élasticité en faisaient le bois utilisé dans la confection d’armes de trait ou de jet  »
(Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxus )

L’arbre qu’il va travailler aujourd’hui est âgé de 44 ans et mesurait environ 4 mètres lorsqu’il l’acheté il y a 4 ans . Il a passé 3 ans en terre chez lui,  puis 1 an dans un pot de culture.

Le but de la démonstration est de créer un pré-bonsaï

La face avant :

L’arbre l’a séduit en pépinière par la forme de son tronc et le nébari déjà présent.

Comme il nous le répète à chaque occasion , le choix de la face avant est déterminant , cela représente au moins 60% dans le succès d’un bonsaï. Il faut mettre vers l’avant les points positifs de l’arbre.

Le sommet de l’arbre regarde vers la branche principale, voici à quoi ressemblera l’arbre en fin de session:

Le nettoyage :

Après le choix de la face avant, le premier travail est de commencer par nettoyer en coupant les pousses ou les branches inutiles . Bien penser qu’il est plus facile de ramener les branches arrières vers l’avant si nécessaire que de reporter des branches avant vers l’arrière.

Ce nettoyage permet une bien meilleure vue

Accentuer tous les points positifs.
Tout ce qui est trop droit est coupé.
Certains Jins seront utilisés ensuite comme points d’attache pour la ligature:

remarque: Le taxus et le Jinepirus peuvent être taillés toute l’année

 

Découpe du shari

Après le nettoyage , Marc s’occupe du shari, en commençant par un dessin à la craie de la partie qui va être mise à nu.

Le travail se fait avec une sorte de « couteau suisse bonsaï »

Il va ensuite utiliser un outil électrique Dremel fraise , puis brosse métallique pour accenteur l’effet et le vieillissement.

Ce travail se fait avant la ligature pour bénéficier de l’espace libre.

 

Ligature :

 

Marc Noelanders a étudié la ligature auprès de grands maîtres japonais et la pratique depuis une trentaine d’années . C’est la phase la plus besogneuse du travail du bonsaï, mais elle est incontournable pour mettre l’arbre en forme.

Il faut choisir la première puis la deuxième branche.

On convient , en général que le diamètre du fil de ligature est +/- un tiers du diamètre de la branche, mais un petit truc pour vérifier la pertinence de votre choix : avec un morceau du fil choisi, pousser sur la branche ; si la branche plie , le fil est suffisant, si le fil plie c’est qu’il est trop petit en diamètre.

Pour plier fortement certaines branches Marc utilise le haubanage , pour se faire il convient d’utiliser un fil de cuivre qui est plus solide que les fils de ligature en aluminium.

Pour les branches fines, Marc utilise des fils très longs qu’il ne coupe qu’à une extrémité à chaque fois , ceci permet d’économiser du fil.

On ligature en guidant le fil avec l’index, l’autre main sert à guider et écarter la branche et le feuillage.

La ligature doit commencer par les branches du bas car ce sont les plus délicates à mettre en forme.

En cours de travail Marc Noelanders est passé sur une deuxième table plus basse pour ligaturer le haut de l’arbre ( ici un grand sujet) pour un travail ergonomique la hauteur des mains doit se situer entre la ceinture et les épaules.

Le travail est terminé pour cette étape, nous avons assisté à la naissance d’un pré-bonsaï .

Quand il sera devenu un vrai bonsaï , il sera installé dans un pot ovale.

Démonstration Marc Noelanders à Bruxelles

Le samedi 9 juin le Bonsaï Club Iris aura le plaisir et l’honneur d’accueillir Marc Noelanders un expert professionnel de l’art du bonsaï, dont la renommée est internationale.

La démonstration commencera à 13:30h précise , le public sera accueilli à partir de 13:00h

 

Au cours de cette démonstration Marc explique comment analyser un arbre et nous fait imaginer à quoi il ressemblera dans quelques années avec des croquis toujours d’une grande beauté.

Il nous montre ensuite comment le mettre en forme , le tailler, le ligaturer.

L’entrée est gratuite pour les membres et anciens membres du Bonsaï Club Iris.

Le prix de l’entrée est de 5 EUR pour les non-membres.

Le lieu :        restaurant La Métairie Van Meyel
251B av Georges Henri
1200 Bruxelles

 

Noelanders Trophy XIX

Comme chaque année nous suivrons de près cet événement majeur organisé par Marc Noelanders

La dix neuvième édition se déroulera à Genk les 3 et 4 février 2018

toutes les informations se trouvent sur le site :

Trophy

Noelanders Trophy 2017

Pour celles et ceux qui n’ont pu se rendre à l’exposition Noelanders Trophy 2017, une superbe vidéo:

 

 

Vive le Vent ?

tempête

Le week-end du 20 novembre nous a réservé une belle tempête.

Les conditions météo idéales pour envoyer par terre un beau pin literati, lui dézinguer quelques branches auxquelles vous avez consacré des années de patience, sans parler de ce pot, si longtemps recherché et aujourd’hui réduit à l’état de tessons.

Quant au joli pommier ornemental acheté aux journées portes ouvertes d’un éminent spécialiste batave, malgré son pot profond, il s’est transformé en projectile qui termina son vol parabolique dans une taupinière.

Sauf si la calvitie vous a délivré des problèmes capillaires, il ne vous reste plus qu’à vous arracher les cheveux !
Vous voici donc au milieu de votre jardin de bonsaï, une poignée de cheveux dans la main droite et une zone douloureuse sur le cuir chevelu. Sans compter – c’est bien le mot – l’addition en Euros de ces merveilles que le vent a brisées.
Et ce n’est pas fini, d’autres tempêtes secoueront notre hiver. Aussi je vous propose trois solutions éprouvées pour éviter la casse et un double joker ! lire plus…

Saulieu suite numéro quatre : Kimurado*

Après quatre éditions, l’European Bonsaï San Show [1] s’est installé au cœur des manifestations qui comptent dans le monde du bonsaï européen. La preuve en deux micros signes : de bon matin, le parking du parc des expositions de Saulieu est complet et nous sommes quarante-cinq personnes à faire la file pour entrer. Frédéric Chenal a réussi son pari d’entrer dans la cour des grandes expos.

Sous la voûte de bois du Centre Jean Bertin, les habitués s’arrêtent, étonnés : la disposition de l’exposition en carré a cédé place à un dispositif plus classique tout en longueur entouré par les stands commerciaux. Au centre règnent toujours les huit grands Tokonoma occupés par les arbres de Luis Baliño.

Plutôt qu’une description longue et sans style (ce qui en bonsaï serait un comble) des arbres exposés, voici quelques coups de cœur non exhaustifs. Il y avait encore des Taxus indigènes et asiatiques, une satsuki remplie de mouvement, quelques conifères inaccomplis et un mélèze. Madame regarde le larix jaunissant : « Il va mourir ». Monsieur péremptoire : « Sans aucun doute ! Pourquoi exposer un arbre malade ? ». Confronté à un tel degré de méconnaissance botanique, j’ai renoncé à éclairer les deux béotiens sur le caractère caduc de ce conifère passionnant !

pin sylvestre de Baudouin de Lorgeril

Un pin sylvestre de Baudouin de Lorgeril remarqué aussi pour son support

lire plus…

En guise de mise en bouche

Alors que je débutais dans le Bonsaï, Raoul nous proposa au début de ce millénaire une épreuve qui semblait simplissime : en regardant des photos de bonsaï découpées dans de vieilles revues, nous devions estimer la taille réelle des arbres.
La comparaison entre nos estimations et la taille réelle des arbres révélait un parfait exemple de distribution aléatoire. Un bonsaï photographié seul sur un fond monochrome perturbe l’œil et le cerveau en les privant de tout point de comparaison.
J’ai repensé à cet épisode en arpentant l’European Bonsaï San Show (quatrième du nom) à Saulieu.

Avant de résumer prochainement pour vous  cette manifestation, je voulais mettre en ligne ce cliché:

photo-devinette-lh

Alors arbre photographié dans un éboulis alpin ou bonsaï ?  Facile !

LH

Le Bonsaï Club Iris participe à Made in Asia 2016

 

Le Bonsaï Club Iris exposera à nouveau à Made in Asia, une occasion de rencontrer de nouveaux publics et de partager notre passion du Bonsaï.

Quand :

  • Le vendredi 11 mars 2016 : De 19h à 21h (entrée gratuite !*)
  • Le samedi 12 mars 2016 : De 10h à 20h00.**
  • Le dimanche 13 mars 2016 : De 10h à 18h00.**

Ou:

Le palais des Expositions de Bruxelles : Place de Belgique, n°1 – 1020 Bruxelles.  –>> Le palais n°5.

Tous les accès à Brussels Expo : Suivre le lien ici.

Accès par train : Gare du midi, métro direction Roi Baudoin, arrêt « Heysel ».
Accès par métro : Ligne 6, direction Roi Baudoin, arrêt « Heysel ».
Accès par tram : Ligne 7 & 51, arrêt « Heysel ».
Accès par bus : Ligne 84 & 88, arrêt « Heysel ».

 

Noelanders Trophy XVII

Noelanders trophy 2016

Noelanders trophy 2016

Comme chaque année Marc Noelanders organise l’exposition internationale de bonsaïs qui aura lieu à Genk les 23 & 24 janvier 2016
vous pouvez télécharger le programme complet en cliquant sur ce lien:
Noelanders Trophy 2016 folder